0 comments

Textes des vidéos

Appel au Renversement du Gouvernement de la République française

Françaises, Français,

Notre pays a connu l’équivalent d’une guerre. Non seulement notre pays, mais toute l’Europe occidentale, et bien d’autres pays dans le monde. Tout a été saccagé. Etat, santé, justice, éducation, économie, autorité publique, armées, patrimoine, tout est à terre.

Plus grave encore: une véritable entreprise de destruction vise non plus seulement vos biens, mais vous-mêmes et votre descendance.

Tout est violé, jusqu’aux textes fondateurs que sont la Constitution, les Lois, les grandes conventions internationales et les chartes des Droits.

Nous devons donc agir.

Le coup d’Etat se fera dans l’ordre, dans le respect des personnes et, au cas où quiconque serait atteint dans son intégrité par les nécessités de l’action physique, dans le respect de la loi morale supérieure.

Votre cauchemar prend fin. Il y a quelques semaines, je vous ai invités à la résistance. Mais les discussions que j’ai eues avec les chefs de l’opposition et de la dissidence me montrent que personne, n’est véritablement en mesure de prendre le pouvoir.

Je le suis, je vais donc le faire.

Pour atteindre au pouvoir, j’opérerai avec vous un renversement du gouvernement. Ce sera parfaitement légitime, de plein droit, conforme à la loi supérieure qui est l’intérêt et le droit du peuple. Et cela, non seulement pour le peuple de France mais aussi pour tous les peuples du monde, qui attendent le retour de la France.

Oui, j’ai décidé de prendre le pouvoir en France, de restaurer ce pays, de vous rendre vos libertés, de faire cesser cette destruction de tout, de rétablir notre pays, tel qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être.

Et j’ai pour ce faire le soutien des divers cadres de l’armée et des forces d’autorité publique.

Les bavardages sont terminés, le consensus est inatteignable. Pendant que l’on discute, des Français meurent dans les rues. Cela suffit.

La France est morte, certes, mais elle va ressusciter. Je serai l’humble élément déclencheur qui entraînera tout le reste. Oui, je vais renverser le gvt de la république, totalement vendu aux puissances d’argent.

Sans quoi, où en seriez-vous dans 5 ans ? Dans quel chaos, dans quelle dictature végéteriez-vous ? Les troupes d’Occupation seront chassées. Ces organisations n’ont jamais reçu votre assentiment pour régner par-dessus vos têtes.

Tout est prêt, pratiquement. Il ne manque plus que de coaliser les Français autour de cette action historique.

Dès lors que j’aurai accédé au pouvoir, que ferai-je donc ?

D’abord, je ferai cesser ce confinement criminel. Ensuite, j’abolirai presque tous les impôts. Environ 580 impôts sur 600 seront instantanément détruits. TVA, taxe d’habitation, taxe foncière ou CSG, Droits de succession et bien d’autres, la liste vous en sera donnée, pour l’essentiel l’impôt sera aboli, aucun ne sera évidemment créé et la création même de l’impôt sera soumise à des contraintes juridiques draconiennes. Je préconise en attendant de ne plus payer l’impôt au régime, puisque cet argent finance votre propre persécution. De même, j’annulerai les amendes ou toute autre condamnation qui ont pu être dressées contre les gilets jaunes et simples badauds, lors des dernières périodes troublées.

Je vous annonce également que j’annulerai toutes vos dettes contractées par endettement passif.

Croit-on que les budgets de l’Etat seront plombés par ces premières mesures ? Pas du tout, au contraire ! et je vous le prouverai. De l’argent, il y en a, et il y en aura bien davantage qui s’investira dans un pays libéré du poids de la dette et des charges.

On a littéralement racketté les Français, et, quiconque sait ce qu’est gagner son argent à la sueur de son front ne peut plus l’admettre. Ceci est fini !

Je mettrai à la poubelle droits, contributions, redevances, prélèvements, taxes et surtaxes en nombre d’ailleurs mal connu dans cette république du désordre et de l’opacité, et bien sûr les services administratifs qui vont avec. Les monopoles d’Etat seront pour la plupart supprimés, tels que ceux sur la production d’énergie.

J’annulerai le port du masque, scientifiquement inutile et le confinement comme je l’ai dit, mortel pour notre économie, vos emplois et vos revenus, j’interdirai immédiatement les épandages aériens (appelés aussi chemtrails), je ferai interdire les maçonneries et autres sectes dangereuses et passant sur la tête des citoyens, je pénaliserai toute espèce de traite humaine, je ferai stopper les placements abusifs d’enfants, je ferai sortir le pays de l’Europe, qui n’est plus capable d’assurer ses missions, j’interdirai toute campagne de vaccination massive, je stopperai sur le champ le contrôle des citoyens par les services de renseignement et leur traçage, j’abolirai l’obligation de détenir des documents d’identité,  je ferai stopper l’invasion migratoire qui décapite l’Afrique, j’expulserai sans ménagement les délinquants étrangers, je ferai interdire que des pseudo premières dames, épouses ou époux d’élus vivent avec de l’argent pris dans vos poches, et bien d’autres dépenses scandaleuses, je désengagerai la France des traités de Lisbonne, de Maastricht et de Schengen que le peuple a refusés, je ferai cesser les privatisations indues, je restaurerai l’ordre sur l’ensemble du territoire, je dissoudrai des ministères (je n’en garderai en fait que 8), et beaucoup d’autres choses que vous attendez depuis longtemps. Je supprimerai à tour de bras des interdits et des obligations, des lois par milliers, décrets, ordonnances, circulaires, codes, tout un fatras de directives qui constituent une pollution illégitime, et un odieux champ d’épandage réglementaire.

Nous redonnerons du travail à tout le monde tout simplement parce que le travail ne sera plus soumis à des taxes et des règlements sots, l’accès en sera gratuit. On ne le taxera plus, je programme l’abolition du travail payant.

Nous redonnerons la sécurité et la paix parce que nous aurons une intransigeance impitoyable pour les désordres, les crimes, les violeurs et les assassins en bandes, les peines seront prononcées et exécutées; on ne verra plus un conducteur coupable d’un excès de vitesse condamné à 4 ans de prison pendant qu’un assassin n’écope, lui, que de 18 mois. Les mauvais juges qui ont favorisé ces crimes seront mis à pied voire poursuivis.

Nous redonnerons la liberté de penser en abolissant les lois sur l’opinion qui avaient ravalé notre pays à une méprisable dictature. Nous détricoterons le code pénal et bien d’autres, qui empêche d’agir, on en reviendra à des dispositifs comparables à ceux des années 50.

Le temps de la paix sociale, le temps de la force, le temps de l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs occultes, le temps de la créativité nationale va revenir. On va faire en finir avec des lenteurs infinies, on va faire sauter des bouchons administratifs, des délais insupportables, des paperasses infernales, des censures scandaleuses, on va aussi vous rendre la quiétude de vos villages et de vos villes, l’authenticité et la fertilité de la nature, la noblesse de votre patrimoine, la prospérité de vos métiers, le scrupule dans le travail et la notion du long terme, et puis la parole donnée et tout ce qui fait un pays habitable.

Bref.

Comment ferai-je ce qu’aucun gouvernement n’a voulu ou pu faire ? De ma propre autorité. L’Etat sera plus discret mais il sera plus fort. Il y a dans le monde tous les modèles d’excellence, nous saurons écouter avec la modestie qui s’impose à un pays ruiné.  Il n’y a pas de fatalité (tout peut être vaincu). Je crois aux ressources de l’Homme. L’Humanité n’en est qu’à sa préhistoire. Tout est possible, tous les brevets existent, on peut tout vaincre, la faim, la soif, la pauvreté, l’Homme a un génie presque inemployé, la seule chose, c’est qu’il faut faire tomber les obstacles, surtout politiques et normatifs, à son déploiement.

Nous ne serons pas seuls. Aussitôt que j’aurai lancé ce mouvement, tous les pays du monde en seront avertis et beaucoup se mettront en mouvement. (sourire) Je ne menace pas qu’un petit banquier cocaïnomane, je menace directement tous ceux qui ont cru se débarrasser des peuples, spécialement des peuples d’Europe. Le jour même de mon accession au pouvoir, je prendrai contact avec les Etats-Unis et la Russie afin d’arranger les relations de notre pays avec ces deux nations qui comptent beaucoup d’amis de la France. Nous avons une majorité d’amis en Italie, en Espagne, en Belgique, en Hollande, en Allemagne, en Angleterre, en Irlande, en Ecosse, en Pologne, en Roumanie, en Bulgarie, en Scandinavie, au Portugal, partout ! en Croatie où certains n’ont pas oublié que je me suis battu pour elle, dans toute l’Europe enfin, au Liban qui subit des attaques conjointes de naufrageurs, dans les pays baltes, en Russie, aux Etats Unis et au Canada, au Mexique, au Maghreb où tant de gens ne comprennent absolument pas comment la France a pu tomber si bas, dans toute l’Afrique, en Asie, partout, partout où le mondialisme a allumé des incendies;

Ces amis dans le monde entier seront là, je le sais, pour nous aider, d’abord, afin qu’ensuite ce soit nous, depuis la France, qui puissions les libérer des mêmes bureaucraties. Et des mêmes affairistes qui ont eu l’audace et l’impudence d’attaquer la France. Nous ferons revenir nos soldats des opérations extérieures, il n’y a plus lieu qu’ils soient compromis dans des aventures guidées par de sordides intérêts financiers et politiques au risque de leur vie; , nous cesserons de soutenir les régimes illégitimes et d’intervenir là où les peuples ne nous ont rien demandé.

Ce que je vous dis est-il sérieusement étudié ? Oui, c’est calculé, c’est viable, c’est pensé depuis des décennies et il y a avec nous la sagesse des siècles. Les hommes et les femmes qui reconstruiront ce pays et lui rendront ses libertés entières sont de vrais, grands et distingués enfants de ce pays, de la plus vertueuse intelligence. De toute façon, si vous en doutez, n’importe quel gouvernement composé de gens de bonne foi et voulant bien faire, fera toujours mieux que cette bande d’imposteurs, d’incompétents et même de malfaiteurs qui occupe la place. Mais nous n’avons pas pour nous que la bonne foi et le bon sens !

Nous reviendrons dans le véritable sens de l’Histoire que la France guidera. Nous ne serons pas de ces gens qui prétendent gouverner, puisque nous rendrons à la Nation le droit de se gouverner elle-même. Nous restaurerons des fondations, vous ferez le reste.

Comment m’y prendrai-je ? J’opérerai ce Coup d’Etat le moment venu, à la condition que vous le vouliez vraiment, de manière pacifique ou sanglante, cela dépendra de la capacité de l’ennemi à nous attaquer lors de cette reconquête, et s’il se risque à l’effusion de sang, il trahira alors ses volontés véritables. Quant à nous, peuple légitime, nous sommes décidés à redevenir maîtres de notre destin, et rien ne nous arrêtera. Nous avons plus de moyens militaires que le gouvernement fantoche de la république, nous avons des soldats plus redoutables, nous avons plus de gens et plus de force.

Le temps de l’intelligence est revenu.

J’avise incidemment nos ennemis qu’ils ont intérêt à ne pas s’éterniser dans le pays car nous n’aurons pas la mansuétude de nos prédécesseurs.

Le sort en est jeté ! Le jour où je franchirai la Seine, la France se relèvera.

Vous trouverez donc en bonne place les mesures que je prendrai aussitôt que j’accéderai au pouvoir en tant non pas que président ou je ne sais quel titre de la pantomime républicaine, mais en tant que chef de la Nation.

Ce que vous avez à faire est simple: préparez-vous, convainquez les militaires hésitants, les cadres du pays, qu’ils constituent des réseaux, contactez-nous, nous vous enrôlerons, joignez vos forces aux miennes. Je vous annoncerai le jour où nous agirons, le peuple renversera ce pouvoir illégitime,

Votre temps est venu, votre pays vous est rendu. Vive la France !

___________________________

Sommation au gouvernement

Le temps approche.

Monsieur Macron, vous n’avez plus aucune marge de manoeuvre, le peuple vous rejette. Vos amis vous quittent.

Maintenant, vous pensez que vos polices seront assez fortes pour enfermer la population ? Vous pensez que vos manœuvres duperont encore les foules ? Vous pensez mettre en place votre système de contrôle, de privation de libertés ?

Vous voulez nous bâillonner, nous le peuple de France, nous enfermer ? Mais c’est nous qui allons vous chasser !

Nous ne vous laisserons pas le temps d’en finir avec le peuple français.

Je vous conseille poliment avec Mme Trogneux qui, d’après ce que je sais en a assez, de changer d’horizon. Le moment venu, la police ne vous protégera pas et vos proches vous trahiront. C’est l’histoire classique. La règle veut que quiconque est dans un système despotique et ne l’a pas quitté, est susceptible de trahison. D’ailleurs, vous le savez au premier chef: vous avez trahi la France. Le crime de haute-trahison est le plus grave qui soit. Ce n’est pas parce qu’il a été abrogé que nous ne le rétablirons pas. Comprenez-vous ? Je vous le dis, Madame, emmenez ce jeune homme très loin.

Je vous adresse cette première sommation. Membres du gouvernement, n’attendez pas de démissionner, faites-le sur le champ. Membres du parti, quittez-le. Le temps n’est plus aux pourparlers. N’attendez pas d’être définitivement considérés comme hostiles à la Nation, car celle-ci fera valoir ses droits et vous lui rendrez compte.

Nous allons arrêter et destituer le président.

Personnels politiques, restez chez vous, en attendant que vous soyez entendus.

Je signale aux forces de l’ordre sur place que vous ne serez pas épaulées par les unités de CRS, de gendarmes-mobiles ou d’Eurogenfor que vous attendez. Vous n’aurez pas de renfort. Vous serez lâchés, vous comprenez ? Vous serez en sous-effectif. Par conséquent, levez le pied, profil bas, retraite en bon ordre, ça vaut mieux pour tout le monde. Et puis souvenez-vous bien que l’ordre vous est donné par nous-même de rester stationnés dans vos cantonnements et vos casernes.

Il y aura de la bagarre ? Ce ne sera pas la première fois, on a gardé le souvenir de Crécy, Azincourt et Bouvines, et Patay, et Pavie, et Poitiers, et le Chemin des Dames ! C’est dans l’ordre des choses. Nous irons libérer la terre de France et vous ne nous arrêterez pas. On n’arrête pas un peuple qui part au combat.

Tout policier armé vu sur place sera considéré comme membre de la police politique de la tyrannie, il perdra son poste et ses biens ainsi que ceux de sa famille seront saisis. Tout policier ou autre tirant à vue sur la foule sera considéré comme hostile et mis hors d’état de nuire, quand bien même il serait perché sur les toits. Tout mercenaire ou membre de police étrangère de type Eurogenfor sera considéré comme hostile d’emblée.

Les combattants que vous aurez en face de vous sont mieux aguerris, mieux équipés, plus déterminés.

Les personnels civils des palais du gouvernement sont requis de ne pas quitter leur lieu de travail et si possible de se cantonner en sous-sol.

Il sera procédé à l’arrestation des membres du gouvernement, de manière pacifique, pour autant qu’ils n’opposeront aucune résistance.

Pour le peuple, je ne veux aucun enfant sur place, et toute personne fragile doit se tenir à l’écart.

Il n’est pas prévu de notre côté de faire usage de la force en premier. Par conséquent, si dérapage il y a, vous saurez que c’est le fait du gouvernement.

Généraux de l’armée de terre, de l’armée de l’air, chefs des forces navales, écoutez-moi attentivement: vous savez que la France est en voie d’écroulement. Certes, vous n’avez pas pu agir autrement parce que jusqu’ici, il n’y avait de solution. Vous espériez un changement, vous espériez de nouvelles élections. Mais jamais un général ne sera élu, jamais un vrai défenseur de la patrie ne le sera. Le système est comme ça. Ne voyez-vous pas la supercherie, ne voyez-vous pas que chaque candidat désigné par l’oligarchie mondiale depuis 50 ans est toujours plus dangereux pour le pays ? Pour nos armées et notre place dans le monde, pire que Giscard, ce fut Mitterrand. Pis que Mitterrand, ce fut Chirac, pis que Chirac ce fut Sarkozy, pis que Sarkozy ce fut Hollande et pis que Hollande, vous le voyez, c’est Macron. Et au prochain vous regretterez Macron, je vous le prédis. J’ai rencontré trois de ces chefs d’Etat, qu’y ai-je vu ? De la médiocrité, une absence complète de grandeur morale. Vous le savez. Regardez à qui vous confiez vos armées: ces gens ne sont même pas capables de se servir d’une clé à molette, vous n’imaginez pas qu’ils vont gouverner ? Ce n’est pas eux qui sont aux commandes, vous le savez très bien. Votre pays n’est plus entre les mains de ses légitimes héritiers.

Personnels des forces publiques de police, gendarmerie et armée, soyez attentifs à mes mots : vous avez aujourd’hui une solution, enfin !

On vous mène en bateau. Tous vos ordres sont axés autour de l’islamisme et du terrorisme. Je le sais, nous en parlons ensemble. Alors là, mettons les choses au clair et sortons du piège.

Un terrorisme qui menacerait la France ? Mais qui fait venir ces myriades en Europe, et qui a organisé la destruction des pays d’origine ? Qui ouvre les portes en grand alors que des tas de pays les ferment sans aucun problème ? Vous croyez que le migrant a les moyens de payer 4.000 euros aux passeurs ? Soyons sérieux. Vous êtes axés lutte anti-terrorisme pendant qu’on organise l’invasion. Vous avez un temps de retard. Vous avez un formidable spécialiste qui s’appelle Bernard Lugan qui vous explique tout en deux heures. Ce n’est pas le terrorisme. Qui a fabriqué Daesch, et Boko Haram et Ansar Dine, qui les a armés ?

Vous avez un temps de retard.

Déjà, en 1870, on se battait avec les armes de 1815, en 1914 on se battait avec celles de 1870, en 39 on se battait avec celles de 14-18, et aujourd’hui vous êtes trompés de la même manière. Le terrorisme, on y met un terme très simplement. C’est la muleta qui vous distrait. C’est un faux problème, en aval du problème premier.

Si la question palestinienne était une fois pour toute réglée en échange d’un arrêt des activités terroristes, ne croyez-vous pas qu’on résoudrait le problème avec toutes les organisations et les pays musulmans ? L’ensemble du monde musulman est prêt à écouter celui qui réglera la question et à faire des efforts. Je me promène dans le monde entier et je vois partout, dans les pays musulmans, des petites cagnottes de rue pour la Palestine. Vous voulez contenir l’islam ? Rendez-lui la paix, permettez aux gens de rentrer chez eux, et soyez sûrs que l’essentiel du problème aura été résolu. Nous avons les moyens de le faire. Avec les USA et la Russie. Et c’est ce que je veux faire pour en finir avec cette horreur, ces migrations et la disparition de l’Occident sous le poids démographique des arrivants.

Vous me direz, il reste la question d’Israel. Mais les Israéliens de la rue sont d’accord, si l’on assure leur sécurité, et on en a les moyens, l’Occident l’a montré. Israel n’est pas incompatible avec la Palestine.

On va donc régler ces problèmes d’un même coup, tous ensemble, entre gens sérieux et raisonnables.

Soldats français, réfléchissez bien à ça.

Je désignerai, parmi ceux d’entre vous qui auront aidé… à la Libération, les futurs responsables du pays. Les mauvais chefs seront dessaisis. Il y a des places à prendre dans la future France, montrez-vous irréprochables et efficaces, le pays aura besoin de vous. Officiers, sous-officiers, hommes du rang, personnels de protection rapprochée, ne demeurez pas du côté du tyran, ne vous exposez pas à la honte indélébile vis-à-vis de vos descendants, rejoignez vos camarades, le renversement aura lieu de toute façon, soyez du bon côté, suivez-moi, soyez du côté du peuple français qui est de retour, battez-vous à nos côtés pour reconquérir votre pays. Vous savez clairement de quel côté la balance est en train de pencher. Aux USA, la partie est déjà pratiquement gagnée. Le tour de la France arrive et nos amis américains nous soutiendront. Ayez une longueur d’avance sur les événements. Les meilleurs nous ont déjà rejoints.

Vous, hommes de la glorieuse Légion étrangère, contactez-nous, vos camarades sont là et vous accueilleront avec force et honneur.

Venez tous, soldats, policiers, enregistrez-vous, signalez-vous aux officiers recruteurs, une mission conforme à vos compétences vous sera assignée. Vous voyez parfaitement que le bateau est en flamme, ne laissez pas faire, ne soyez pas en retard sur l’Histoire que nous écrivons.

J’ai croisé récemment un officier qui ne voulait pas bouger, quoiqu’il sache très bien que le régime est à abattre. Il pense qu’il bénéficie encore du système, parce qu’il est plus ou moins payé, et puis il a des missions à achever. Mais le régime se paye sur vous, il s’est déjà payé sur vous, 100 fois. Vous pensez échapper aux rigueurs ? Vous êtes sur les listes. Dès lors que vous entrez au service du système, vous êtes fiché, noté, suivi. Croyez-vous que ce soit pour votre bien ou votre liberté ? Leur sécurité seule compte, pas la vôtre. Vous le savez. Quand il en aura fini avec celui qui est devant vous, il s’occupera de vous.

Macron et Hollande sont de ces gens qui envoient à la mort des dizaines de soldats pour sauver des gens qui ne le veulent pas et qui veulent comme on l’a vu retourner auprès de leurs ravisseurs (on félicite au passage les services, qui ont ces morts sur la conscience), ou pour sauver des journalistes qui, alors que des soldats sont morts pour eux, rentrent en France pour cracher sur l’armée. On vous tue en fait des soldats pour sauver des ennemis !

Quand on sait ce qu’on a à faire, on cesse d’en parler et on le fait. Si vous hésitez sur la nature de votre action, rejoignez-nous, nous coordonnerons les efforts.

Vous le voyez, je vous propose de régler le problème de l’immigration, celui de l’insécurité, la place de la France dans le monde, la sécurité intérieure, le poids écrasant des impôts, la santé publique, l’arrêt du développement des technologies mortifères, le redéveloppement de l’agriculture, le redéploiement de l’industrie, le problème de la spéculation internationale, la maîtrise de notre monnaie, le retour du travail pour tous, le retour d’une vraie instruction, le retour d’une natalité et des vraies valeurs, une liberté et une souveraineté du peuple qui retrouvera son pouvoir, et finalement 99% des problèmes auxquels vous vous affrontez.

Je le dis en passant, toutes les poursuites engagées contre le peuple en lien avec le confinement ou le port du masque sont nulles et non-avenues, et nous interdisons formellement aux juges de prononcer contre les personnes réfractaires au port du masque. Nous notons ce qui se passe scrupuleusement, pensez-y. Les policiers municipaux ou nationaux qui procèdent à des dispersions pour la soi-disant distanciation sociale seront sanctionnés. Nous stopperons le couvre-feu dès notre accession au pouvoir, évidemment.

Pour nos amis à l’étranger, qu’ils sachent que c’est tout le Bloc de l’Ouest qui est sous la coupe de la dictature. Partout, il faudra s’en libérer. Considérez le groupe OTAN et vous saurez où sont les limites de cet univers carcéral.

Ne croyez rien de ce qu’on dit de moi. Et on va en dire, vous vous en doutez. Moi, je ne suis que le pasteur qui se porte au-devant des loups.

Il y a ceux qui savent que j’ai raison, et il y a tous les autres, un tout petit nombre, qui soutiennent, bon gré mal gré, le système en place en nous décriant. Qu’ils fassent leur examen de conscience, s’ils n’ont pas trop d’orgueil ! Français, ne vous laissez pas égarer. Les gens qui se moquent n’ont aucun souci de votre salut, ils parlent et parlent encore. Et pendant ce temps, qui paye ? Est-ce que les critiques vous payent ou vous réconfortent ? Quand le général De Gaulle est arrivé à Londres, il n’a essuyé que des quolibets et des méfiance. Dieux merci vous me soutenez majoritairement et je vous en rends grâce

Les institutions ont été faites à l’origine pour le peuple et par le peuple. Elles sont aux mains de bandes organisées. Partout où vous regardez, les mauvais ont été promus et les bons rabaissés. Vous avez été écarté au profit d’un incompétent ou d’un malfaiteur ? Alors, vous savez ce que je vous dis. C’est un système généralisé de la subversion. Vous voulez trouver de bons enseignants: ils ont quitté l’école ou y pensent. Vous voulez trouver de bons policiers ? Ils sont partis, ils se sont suicidés ou ils ont pris leur retraite, ou ils ne supportent plus ce qu’ils voient et sont démoralisés. Vous voulez de bons militaires ? De même, ils sont partis dans le civil ou ils y songent. Vous voulez de bons chercheurs ? Ils ont quitté le territoire ou brûlent de fiche le camp, ou se morfondent.

On détourne votre attention avec de faux attentats, vous le savez progressivement, vous commencez à voir clair, et cela pour augmenter progressivement votre contrôle. Comme vous avez peur, vous obéissez.

Vous savez peut-être, comme nous l’a appris il y a deux jours un courageux acteur de la lutte anti-pédophilie, que l’immigration est un prétexte à des rafles et des disparitions suspectes, au point que 50 à 60% des enfants migrants disparaissent.

Les gens qui ont encore le pouvoir, pour quelques jours encore, forment des bandes et ces bandes s’appuient et vivent sur d’autres bandes qui sèment la terreur dans vos rues. Il n’y a pas de hasard ni d’événements surprises, croyez-moi, rien n’est du hasard, ils fabriquent votre consentement.

A leur tête, il y a en république française environ 4.000 agents d’influence dominants et, au sommet, 3 douzaines de chefs qui vivent sur la destruction tout en jouissant des derniers avantages de notre pays.

Je ne ferai aucun effort pour convaincre: mes propos sont parfaitement lisibles pour les gens de bien. Quant à ceux qui prétendraient que je suis lié au système ou que je le sers, qu’ils apprennent à lire. Vous ne verrez jamais un seul homme du système qui propose ce que je propose. Qu’ils me trouvent une seule personne au monde qui propose ce que je propose et qui soit mêlé au système; c’est impossible, car ce que je dis, c’est la mort du système. C’est l’arrestation des bandits mondialistes, c’est la destruction de l’impôt excessif qui vous maintient sous le joug et les enrichit, c’est la révélation des faux attentats que tous les Services connaissent, des politiques secrètes des Etats, des crimes à foison autour des dirigeants occidentaux (voyez la liste interminable des morts suspectes autour du couple Clinton), des guerres qui ont tué par millions au nom de la démocratie (Obama a tué plus d’Irakiens que Saddam Hussein, plus de Libyens que Kadhafi ! Clinton a fait tuer des centaines de milliers d’enfants; cette administration américaine qui, je l’espère, sera définitivement purgée, a tué des millions d’hommes et de femmes, bien plus que n’importe quel dictateur qu’elle a prétendu combattre ; combien de personnes ont été tuées dans les guerres menées par les États-Unis après le onze septembre qu’ils ont essayé de justifier en alléguant que c’était une réponse aux attentats terroristes du 11 septembre dont tout le monde sait parfaitement qu’ils n’ont été commis ni par des Irakiens, ni par des Afghans, ni par des Syriens, ni par des Libyens ni aucun ressortissant des pays rasés par les bombes).

En république française, on tue moins. Mais on tue quand même. On interne en hôpital psychiatrique (6.000 personnes sont ainsi internées parce qu’elles gênaient, et non à cause d’une quelconque maladie mentale), on arrête, on juge, on condamne.

Vous assistez à des radiations massives des bons médecins par des organisations mafieuses comme le prétendu Ordre des médecins. Vous voyez des enseignants bafoués, des enseignantes violées à qui l’on interdit de porter plainte, vous voyez des recteurs d’académie faire des pieds et des mains pour détruire telle famille, tel professeur.

Vous assistez partout au renvois des bons salariés, à la censure des bons écrivains et des bons sites d’informations, à des mises en examen par centaines de milliers, des accusations publiques infamantes dont je suis moi-même, comme tout le monde en fait, la cible. Partout, des organisations corrompues, des repaires de bandits. Ce système fabrique de la haine, du crime, de l’injustice de manière industrielle, qui ne le voit ? Ce que je vous amène, c’est l’extinction du système… en tous domaines.

Vous n’avez plus qu’un choix: soit vous abattez le système avec nous, soit vous finirez tôt ou tard dans son étreinte et à ce moment-là, vous regretterez ce moment où il vous aura encore été possible d’agir.

La “bête” de l’événement n’adviendra pas, Emmanuel Macron.

Vous ne savez pas encore bien qui je suis. Mon nom est Rémy DAILLET-WIEDEMANN. Je suis père de famille nombreuse. Si je meurs demain, vous saurez pourquoi. J’ai pratiqué de nombreux métiers, je connais la terre, je sais ce qu’est travailler 16 heures par jour pendant des années, je sais ce qu’est la pauvreté. Je suis d’une famille très morale, très assise sur la morale personnelle et publique, de gens intègres, d’un grand dévouement pour l’Etat. C’est un milieu qui a beaucoup d’égards pour les personnes. Mais dans une époque comme celle-ci, il faut dépasser ces préventions et sortir du bois.

J’évoque le souvenir du général Bigeard, de Jean-François Deniau, qui ont été amis de mon père et qui auraient je pense absolument approuvé ma décision. Je salue également la mémoire d’Hélie de Saint-Marc.

Je tiens au respect de chacun, je tiens aux croyances et aux opinions de chacun. Je respecte vos cultes, mais pensez à une chose: le Bilderberg est une organisation parmi les plus influentes et les plus dangereuses du monde, les pays sous sa coupe vont être amenés au chaos, à la guerre civile, que nous agissions ou non. Je vous le dis: ces gens sont sur le point de créer les conditions à de grandes destructions. Ainsi, est-ce à ma personne qu’il faille s’arrêter, ou au sort qui nous lie tous ? Vous avez eu des alerteurs de talents, je ne les nommerai pas tous mais voyez qui a été censuré ces derniers temps, regardez bien. Regardez qui est capable de décoder l’information. Regardez qui soutiendront désormais les Etats-Unis.

Certains disent “Mais Rémy n’est pas censuré, lui !” D’abord, c’est faux, plusieurs personnes me disent que mes vidéos sont bloquées sur certains réseaux tels facebook. Mais ensuite, c’est parce ce que je dis n’est pas encore ciblé par les algorithmes (pensez d’ailleurs à vous inscrire sur le site afin de rester informés en cas de censure massive). D’ailleurs, il y a encore ici ou là des gens qui parlent, il y a de nouveaux supports, Dieu merci. Et plus ces supports sont décriés par les médias d’Occupation, plus vous savez qu’ils sont libres.

Depuis que j’ai lancé mon premier appel, une foule s’est jointe à moi. Je suis assez fier de réunir bien plus de gens que le général De Gaulle à Londres après un an d’activité. Mais c’est aussi parce que l’urgence est bien plus dramatique. Ce n’est plus seulement un pays qui est envahi, c’est un pays qui est envahi, écrasé, violenté, détruit dans ses valeurs, rasé bref !

Venez à nous, quelles que soient vos convictions, vos appartenances, faisons des 800 tribus gauloises une seule Nation debout et libre.

Merci à vous, merci de votre soutien, merci à tous les amis de la France qui sont une grande et belle armée bienfaisante et bienveillante, merci à nos amis et services du monde entier, merci à tous ceux qui se jettent dans la bataille et qui aiment la vie.

Prenez soin de vous, préparez-vous, parlez peu, soignez-vous, choyez vos familles. Bientôt, si Dieu le veut, je vous conduis vers la victoire et Vive la France !!!

_________________________

Sommation au peuple de France

Peuples du monde, je vous appelle au secours de la France ! People of the world, I call on you to help France ! pueblos del mundo, les pido que ayuden a Francia ! popoli del mondo, vi invito ad aiutare la Francia ! narodov mira, ya prizyvayu vas pomoch’ Frantsii ! povos do mundo, peço que ajudem a França, Sekai no hito 々, Watashi wa anata ni Furansu o tasukeru yō ni yobikakemasu, Völker der Welt, ich fordere Sie auf, Frankreich zu helfen

Toi, Ô peuple de France, toi qui vois venir ta fin, je m’adresse à toi.

J’ai adressé ma première sommation au gouvernement. A ton tour, maintenant.

Tu n’as pas le choix. Ne crois pas que je vienne te flatter. Je ne suis pas là pour te faire du discours. Je ne suis pas là pour te plaire.

D’ici février beaucoup de choses vont se passer. D’ici là, le nombre d’entreprises qui vont faire faillite, le nombre de pauvres gens qui se retrouveront à la rue, le nombre de gens qui verront leur santé s’écrouler du fait des mesures sanitaires, le nombre de suicidés et d’assassinés dans les hôpitaux va aggraver la situation à un nouveau record.

Il faut nettoyer cet Etat.

La purification est un très ancien processus dans nos pays. Le nom du mois de février signifie purification, de februare, famille de febris, la fièvre, qui renvoie vers chauffer, brûler, en grec puretos, qui dérive de pur, le feu. Le feu purifie tout. On fête la chandeleur 40 jours après Noël, en février. 40 jours c’est aussi la période nécessaire à la purification que s’imposaient les jeunes accouchées à l’écart du monde.

Je ne peux pas t’imposer les choses. On ne peut pas changer de pays sans toi, c’est ton pays ! Qu’est-ce que tu veux ? Tu pensais que ça allait se faire sans toi ?

Si tu ne te libères pas comme je t’y invite, alors tu seras réduit à néant par tes adversaires. Partout, on te détruit, on te ramène à l’esclavage.

Je cite un article de Caroline GALACTEROS paru sur le site de l’Association de Soutien de l’Armée française, elle écrit justement :

Que faire (face à l’administration profonde du pays, qui musèle les gouvernants et tient les rênes de notre politique étrangère) ? Contre un virus aussi malin et métastasique, il faut une thérapeutique de choc. (…) sortir manu militari tous ces individus d’un système qu’ils ont obstrué, au point que la France est à la dérive et la proie d’un mépris (à travers le monde) insupportable à tous ceux qui croient encore en ce que nous pouvons être. (…) Et aussi, expurger de nos cœurs cet esprit de soumission que nous soufflent ces hérauts maléfiques au nom d’un réalisme dévoyé. Pour cela, l’impulsion doit être donnée par la tête de l’État (fin de la citation)

Expurger de nos cœurs la soumission. Sortir manu militari ces individus. Vous voyez, je ne suis pas seul à le dire. En fait, en quelques semaines, je me suis rendu compte que la France est d’accord avec moi. Artistes, militaires, fonctionnaires, artisans, agriculteurs, retraités, mamans, salariés écœurés, libéraux et artisans ruinés, tous, à peu d’exception près, vous êtes d’accord avec ce que je propose.

Bien. Mais pensiez-vous que j’allais faire ça tout seul avec quelques braves ? Est-ce que vous pensiez que nous allions faire ce qui VOUS appartient ?

Pour tout cela, il faut au moins une volonté populaire !

La volonté populaire aujourd’hui ne peut s’exprimer que par le renversement du gouvernement. Non pas par les élections auxquelles plus un seul individu censé ne peut croire, puisque tout est savamment verrouillé. Celui qui ne voit pas ça n’a rien vu de ce qui s’est passé depuis 40 ans, y croire c’est être naïf. Non, par le renversement. Oui, ça demande du courage, on vous a si bien endormi avec ces élections, c’était si pratique de ne pas avoir à s’occuper de son pays. On avait délégué. Eh bien maintenant, c’est fini, vous allez faire les lois, vous allez diriger ce pays, que ça vous plaise ou non ! ou mourir ! vous n’avez plus le choix. Ce qui est prévu par la Constitution et qui est le fondement même des institutions, c’est le soulèvement de la volonté populaire rassemblée dans une action souveraine, à savoir le renversement.

Je dis la loi. Je dis la volonté populaire. Je dis la nécessité morale. Je dis aussi la loi divine, qui veut la Justice.

Je n’invente rien, ce que je dis, c’est aussi ce que me disent de grands leaders des Gilets jaunes, je ne fais que rassembler tous les rayons vers un faisceau net et précis. Le renversement du pouvoir.

Peuple, oui, tu as du génie, tu as aussi des paresses. Il me faut te convoquer. Te faire une sommation à toi aussi !

Du génie, tu en as encore, j’écoutais hier une improvisation à l’orgue de Sophie Veronique Cauchefer, en 2015, admirable, fantastique. En cette période de cauchemar, il y a encore de la lumière. Du génie, il y en a toujours eu dans ce pays. Mais il y a aussi des langueurs et des tergiversations, beaucoup d’esprit facile.

Je n’ai pas à me plier à ton instinct de soumission ; ni au plaisir que tu as de te croire juge des événements. Juger c’est facile, les journalistes font ça, mais ça ne consiste qu’à parler des autres. Je ne suis pas là pour débattre, je ne fais pas de politique. Je viens réparer quelques pots que tu as laissé casser.

A part le petit nombre qui aime la liberté, voilà 40 ans que tu votes pour tes persécuteurs ; pendant 40 ans, tu as voté pour les menteurs et les falsificateurs. Aucun scandale ne t’a fait changer d’avis, aucune spoliation, aucun trafic de la loi électorale, aucune autoamnistie, aucun détournement de fonds, aucun confinement, aucun vaccin obligatoire, aucun placement de tes enfants, aucune destruction d’église, aucun nouvel impôt, aucune guerre faite avec ton argent n’a changé ton vote, ne t’a détourné de tes maîtres et de ton esclavage volontaire ! On a attendu que tu te réveilles, tu as préféré mourir à petit feu dans un confort de miséreux.

Je t’ai parlé des légitimes héritiers du pays : ce sont ceux qui le méritent. Il y a un antique legs qui attend d’être relevé, mais il ne se relèvera pas sans que les hommes s’y mettent.

Peuple de France, ce temps va te purifier. Te voilà face à toi-même.

Il faut que tu sois là. La souveraineté va te réveiller.

Sais-tu pourquoi nous n’agissons pas encore ? Certains me disent « mais comment, ce n’est toujours pas fait ? » Ce serait un peu trop facile. T’amener la liberté, sans que l’aies méritée ? Qu’en ferais-tu, si tu ne t’es pas hissé au niveau moral qu’exige la souveraineté ? A ce train-là, nous te libérons et après 20 ans, un autre arrive et te rejette en prison, sans que tu réagisses. Tu crois que je ne veux qu’un changement de président ? Tu ne m’as pas entendu : c’est en profondeur qu’il faut changer. Ce n’est pas de la politique.

Un coup d’Etat strictement militaire serait illégitime parce qu’il y manque le peuple, je te l’ai dit. Il faut un coup d’Etat populaire.

La période des débats est finie. La violence d’Etat et la menace exigent une Résistance efficace, structurée, financée, silencieuse, combative, formée, prête à tenir quand bien même des camarades seraient arrêtés ou abattus. Il faut se préparer mentalement à la guerre. Si l’on y est prêt, alors elle sera moins dure et plus courte. Puisse-t-elle ne durer qu’un jour… Vous connaissez l’adage: Civis pacem, parabellum…

Je demande que le peuple s’assemble et se tienne prêt. Au moins une part suffisante d’entre vous. Les gens en armes seront là, devant le peuple, mais le peuple doit y être quand même.

Il y a déjà des braves et des justes avec nous, en grand nombre en effet, mais bien trop d’entre vous restent dans l’attente. Vos bourreaux, croyez-le, n’attendent pas, eux.

Certains ne supportent pas le plus petit bémol à leur vision d’un sauveur romantique. Ils sont prompts à critiquer, injurier, ironiser. Ils perdent le lien qui faisait un pacte social. Leur ennemi, c’est leur compatriote en fait.

Celui qui vient te libérer n’a pas besoin de négocier, de composer avec la peur, les exigences sentimentales, la paresse, la méfiance ou la lâcheté. Je ne suis pas un politique, je ne fais pas campagne. J’y vais avec toi !

Certains disent : « La guerre n’arrangera rien », mais ils ne savent ce qu’il faudra faire quand on s’en prendra à leurs proches. Croyez-vous que les marches pacifistes vont vous sauver ? Vous avez essayé, n’est-ce pas, ça n’a pas marché.

Peuple de France, ta condamnation à mort est prononcée; et tu tergiverses encore. Tu as besoin de jauger, tu as besoin de douter, pendant que les lames de ton exécution s’affutent. On te distrait avec de l’information avariée.

Quand tu hésites et doutes, tu es encore dans la matrice. Chaque minute qui passe est perdue.

S’apitoyer sur son sort, c’est s’empêcher d’agir librement. Ne te raconte pas ta propre histoire, qui t’enferme, fais-la. Accomplis ton devoir et ton destin. Transformer tout en raisonnement détruit ta capacité à agir. On se console avec des constats chaque jour plus catastrophiques, est-ce que ça arrange quoi que ce soit ? Le raisonnement vain est le fait de l’homme ordinaire. On t’ a donné des réseaux sociaux essentiellement pour détruire ta volonté. Tu ne te concentres plus sur ta vie, elle n’est qu’un accessoire de consommation.

Il y a une chose qui ne fait aucun doute : tu vas mourir si tu ne fais rien. A quoi te serviront tes doutes, quand tu seras à terre, gisant dans ton sang ou dans ton lit de mort ? Les hospices sont plein de raisonneurs qui ont eu raison tout seul toute leur vie.

Je te propose une image :

Tu es dans une geôle, demain tu seras exécuté, et voilà que le gardien entre dans ta cellule avec ton dernier repas, il porte les clés. Que fais-tu ? Perds-tu ton temps en cogitations vaines ? Certes pas. Tu l’assommes si tu es un homme.

Plus encore, si c’est un héros inconnu qui t’ouvre la porte et t’offre la fuite, perds-tu ton temps à te demander qui il est ? Te demandes-tu s’il est de ton pays ou de ton cousinage ou de droite, ou de gauche ? Non, tu t’échappes avec lui puisque ton sort est scellé ; on verra bien où cela te conduit, pourvu que tu échappes aujourd’hui à ton sort. Tu n’as pas le choix.

Tu crains de te joindre à moi ? Mais les braves qui se tiennent à mes côtés, se plaignent-ils que je les aie trompés ? Non. Au contraire, ils piaffent d’impatience et t’attendent, en vérité. Ils me disent : « Allons-y, allons-y ! » Et je leur dis : « Attendons encore un peu, et spécialement que le peuple y vienne. »

Ceux qui sont avec moi sont répartis en groupes d’action : voués à l’assaut, au matériel, à l’acheminement, à l’information, aux relations internationales, à la liaison entre commandos, avec les régiments et l’Etat-major, avec divers services afin de nous les allier, au financement national et international, à la présence sur le terrain, etc. Chaque jour nous rend plus puissant.

Vous croyez qu’il y a une autre solution ? Il n’y en a pas. On ne m’a proposé aucune alternative sérieuse. Maintenant, avez-vous quelqu’un qui ait autant avancé que moi ? Non. Vous avez beaucoup de gens qui ont fait beaucoup de choses dans divers domaines, mais ils ne peuvent prétendre réussir par leurs seuls moyens, ou alors ils prétendent réussir là où ils ont déjà trop souvent échoué, par manque de méthode et de discernement.

Gustave Thibon dit : Le vrai sage n’est ni l’optimiste, ni le pessimiste, c’est celui qui a payé son optimisme assez cher.

Moi aussi, j’ai subi le vol, le mensonge, l’injure, les procès, la trahison, tous nous avons été blessés et nous nous tendons des mains rougies par le sang. Mais la mienne est ferme et ne tremble pas.

Viens si tu veux, ne viens pas si tu ne veux pas. On ne libère pas un peuple contre son gré. Si tu dois mourir, meurs ! au moins, les braves auront fait leur devoir. Dieu seul juge !

Hommes de ce pays ! Combien de vos femmes tremblent sans personne pour les soutenir et les défendre ? Vous croyez qu’elles ne sont pas assez angoissées ?

Il y a trois jours, un groupe d’hommes qui se disait volontaire revient vers moi et me dit renoncer à une opération, ils disaient avoir peur de la prison ! Je dis à d’autres : passez la frontière de nuit, par les alpages, ils me disent : « Mais le confinement va nous bloquer ! » Mais comment ils faisaient, en 43, pour passer la ligne de démarcation ? Ils demandaient la permission ? Allons bon, trois véhicules de gendarmerie vous barrent la route et vous voilà stoppés ? Vous avez peur des courants d’air. Peur de la surveillance sur internet, jolie bande de héros que voilà ! Vous avez peur du tribunal, il y a soixante-dix ans, on risquait de se faire fusiller. Où sont les hommes ? La virilité, ce n’est pas dans la langue. Vous doutez de moi ? Qui s’est battu, une fois dans sa vie, les armes à la main, qui aujourd’hui risque le plus ?

Je ne suis pas là pour correspondre à vos canons de la morale politique.

Le temps qui m’est donné est court. C’est une dernière lueur entre les nuages. Le peu de vie qui reste encore sur Terre doit se réveiller, il faut la sauver. C’est ta responsabilité.

Toi, peuple de France, tu ne peux rester dans le refus de changer, ces critiques dans lesquelles tu te complais, c’est un quart de confort intellectuel, un quart de paresse, un quart d’orgueil, et un quart d’instinct grégaire. La moitié du monde pense que la France montrera la voie, la moitié du monde t’attend, toi !

Tu avais un pays fabuleux, tu avais des raisons d’être fier, l’une des Histoires les plus riches et les plus agitées, dont le cinéma ne dit pas un mot. Tu admires Hollywood. Tu admires Oxford, qui existait certes avant l’empire inca, mais tu ignores que ton abbaye de Cluny est née 250 ans avant Oxford et mille ans avant Hollywood. De qui a-t-on à recevoir des leçons, dites-moi ! La France a charrié plus de pierres en 300 ans que toute l’Egypte ancienne ! un Américain vient en France, il admire ce que tu ne regardes même plus, toutes sortes de choses qu’il ne trouve pas chez lui.

Tu avais sur les autres préséance. On t’a caché tout cela, tes trésors, on t’en a dépouillé ; vois ce que ta maudite télé déverse dans ton salon comme ordure, comme médiocrité.

Tu avais une langue française, prodigieuse de précision et d’intelligence, tu as tous les paysages, tous les climats, tous les trésors architecturaux, des fleuves et des rivières, une terre qui était bonne, des monts et des plaines, des grèves et des baies, des savoir-faire sans équivalent, des métiers, ton pays était un petit paradis. On te met tout ça par terre et tu ne fais que maugréer. Tu mets plus d’énergie à critiquer ma proposition qu’à répondre aux policiers qui t’imposent une muselière.

Tu avais de puissantes industries, tu étais protégé par des institutions, tu avais une liberté, une Justice, je te l’ai dit, on a cassé tout ça et ma foi, tu t’en accommodes.

Tu es épuisé, tu ne dors pas assez, et mal. Tu te nourris mal. Tu ne fais pas assez de sport. Tu prêtes l’oreille aux niaiseries. Tu es empoisonné.

On te remettra sur pied. Tu vaux bien mieux que ce que tu penses.

Tu dis souffrir. Souffrir ne suffit pas.  Ce n’est pas un titre de gloire.

Mieux vaut une plaie profonde et pure qu’une écorchure empoisonnée. Une douleur rachetée peut être saine, une douleur malsaine est insupportable.

Tu veux t’échapper ? Tu ne pourras t’échapper que par en-haut ! Tu ne pourras t’en sortir qu’en faisant une croix… sur tes mensonges.

Tu me dis ce qu’il conviendrait de faire après la bataille. Mais la bataille n’est même pas commencée et rien ne dit qu’elle sera gagnée ! cesse donc et travaille uniquement pour ce jour-là, qui sera une grande bataille de l’Histoire, une bataille qui va renverser cinq siècles trompeurs, qui va restaurer tes libertés éternelles et renverser des postulats faux. La victoire est proche, il suffit presque de la vouloir. La bulle de terreur éclatera aussitôt que nous aurons vaincu.

La bataille va avoir lieu. Montons-y en riant, allons à la curée, taillons, renversons, assommons gaiment et libérons ce pays une bonne fois pour toujours. Jetons en prison, suspendons les faux rois, les ministres félons.

Allons, peuple, accepte ma main, je ne veux pas que l’ennemi te prenne chez toi. S’ils viennent à 10, tu seras au milieu de 300. Ils tremblent déjà, crois-moi. Ils fortifient leur fortin, mais ils ne résisteront pas à l’assaut. Ils ne peuvent pas repousser trente-mille hommes. Français, arrête de parler, tes mots ne te sauveront pas. Prépare-toi à l’antique guerre, celle que tes pères ont faite. Je n’aime pas la guerre, personne ne l’aime, mais 1.000 tués dans une guerre ne sont pas pire que 1.000 suicidés. Cette guerre, l’ennemi te l’impose. Tu n’as plus le choix.

Viens à nous, je marche à la libération. C’est inéluctable, c’est vaincre ou mourir, littéralement ! Jamais depuis 20 siècles, nécessité n’a été plus grande. Les troupes d’Occupation vont te vacciner de force, on t’a expliqué qu’il fallait réduire la population mondiale, tu n’as pas encore compris ? Quand tu te réveilleras dans un camp, tu regretteras de n’avoir fait que discuter ! Enrôle-toi, on te donnera des outils, tu seras dans ta région avec tes frères, tu auras des camarades, on te formera ; délaisse les commentateurs et les bavards, quand la dictature frappe à la porte, on ne se bat pas à l’aide d’un clavier.

Quant à vous militaires, le peuple vos convoque, c’est son droit. Il y a avec moi assez de Français pour vous mobiliser de plein droit. Vous ne pouvez vous dérober. Je remercie tous ceux qui mènent des actions secrètes contre les membres corrompus du gouvernement. Il faut faire mieux car on ne peut avancer vraiment tant que cette structure est perverse, entre leurs mains. Et vous, anciens politiques, élus locaux, serviteurs de l’Etat qui vous désolez de la dictature, soutenez nos efforts !

Chefs de mouvements, petits ou grands : la résistance individuelle ne marche pas. Formez vous aussi vos bataillons et marchez à notre suite. Je ne cherche pas à vous récupérer ni vous éteindre, je veux coordonner nos actions. Que chacun fasse son travail à sa place désormais et jusqu’à la Libération. Faites taire les dissensions, fermement, donnez une chance à la victoire en coordonnant vos actions avec nous. Chefs d’associations, les tueurs qui nous gouvernent ne vous feront pas plus de cadeaux qu’à nous. Mettons-nous d’accord pour renverser ce pouvoir, c’est tout.

Vous policiers, Gendarmes, CRS, gardes-mobiles, militaires des forces armées qui serez mobilisés ce jour-là, la majorité d’entre vous est d’accord avec moi, le moment venu, restez neutre en gardant l’arme au pied.

Personne ne vous jugera, vous avez votre libre arbitre. Mais si vous décidiez l’affrontement, vous risquez de provoquer un bain de sang contre le peuple, ce que personne ne vous pardonnera. De plus, vous aurez face à vous une armée de militaires aguerris face à vous et bien équipés. Ne venez pas au contact, c’est préférable pour vous, pour vos familles et pour le peuple.

Dans la journée du coup d’État vous aurez un nouveau chef des armées qui connaît mieux qu’un autre l’armée française. Tous les chefs non ralliés seront neutralisés et mis aux arrêts à disposition de la Justice. Chaque ministère aura immédiatement un chef par intérim, pour ne pas perturber le fonctionnement du pays. Défense, intérieur, justice, affaires étrangères… tous les ministres seront remplacés sur le champ par de vrais professionnels et votre travail ne sera pas changé.

Français, aimez-vous les uns les autres, efforcez-vous y. N’oubliez pas que César et bien d’autres après lui vous ont vaincus à cause de vos dissensions. Refaites une Nation, entre vous. Soyez doux avec vos proches et forts vis-à-vis de l’adversaire.

Peuple de France, avec force et honneur, sors de ta tombe, lève-toi et marche !


Tags


{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>